Archives

All posts by Administrateur

Le récit de Bertrand :

Me sentant pas préparé pour la course des crêtes d’Espelette 2011 je laisse passer mon tour, pour mieux préparer l’édition 2012. Malgré mes efforts une blessure au talon gauche me vois contraint d’arrêter mes entraînements, mais l’envie de faire cette édition étant plus forte, je me retrouve sur la ligne de départ du 14 Km avec plus de 800 autres traileurs dont Baptiste et Fabrice (Julien étant parti 15 minutes plus tôt sur le 20 Km). Pour cette 37 éme édition la chaleur est encore bien présente, 30 ° au départ. Je démarre vraiment tranquillement, la chaleur de la route goudronnée est vraiment étouffante, j’attaque les premières pentes en courant jusqu’au moment où ça devient vraiment dur. Je finis donc l’ascension en me trouvant un rythme de marche assez rapide, et arrivée au col nous sommes accueillis par un petit vent frais bienfaiteur. Je prends le temps de bien me ravitailler avant d’entamer la descente, et comme je le pensais le talon me fait souffrir et décide de continuer sur la pointe du pied mais ça devient vite un enfer, je continus donc en marchant et en courant dès que ça devient plus plat. J’aperçois le pont de bois qui annonce l’arrivée, je regarde ma montre qui affiche 2 heures, je voulais rester en dessous de la barre des deux heures mais mon handicape au talon me fait franchir la ligne d’arrivée en 2h11 ou m’attends Julien, baptiste et Fabrice. Un peu déçu malgré tout d’avoir été bloqué par cette blessure, donc je serais au départ de l’édition 2013. En attendant il faut préparer les Templiers 2012.

Le récit de Julien :

Engagé sur le 20 km, cette année mon objectif est de mettre 1h50 et il faut que je prenne plus de risques dans la première partie du parcours. Je décide de prendre un départ rapide mais la chaleur qui se dégage écrase tous les concurrents. Je parviens à courir un peu plus que l’année dernière dans les portions les plus difficiles et j’atteins le sommet du Mondarrain en 50min tout rond aux alentour de la 45ème place. même là haut il fait toujours aussi chaud et je ne saute aucun ravito. Je récupère un peu sur le début de la descente puis je me lâche un peu plus. La deuxième montée passe bien et on rejoins le 14 km. La suite de la descente se fait alors au milieu des coureurs et marcheurs, la foule est impressionnante et je suis parfois un peu gêné. Mais le fait de doubler des coureurs permet aussi de garder un bon moral pour cette fin de parcours très roulante et parfois longue sur le bitume brulant. Je fini plutôt vite mais bien « cramé » en 1h49. Je passe la ligne et j’aperçois baptiste qui viens d’arriver il a le sourire, normal il a gagné son pari de finir avant moi !!! On se ravitaille abondamment et Fabrice, Bertrand et Christophe nous rejoignent rapidement.
Après une bonne douche glaciale on se réunit autour d’un bon apéro grillades bien sympathique pour ponctuer cette édition 2012.

Le récit de Baptiste :

Samedi matin nous voilà partis direction « Euskadi » .

Apres avoir installé notre camp de base, la petite collation et le repos du guerrier, nous prenons la direction du centre ville d’Espelette Q.G des hostilités (je précise que cela fait 2 mois que nous nous chambrons quotidiennement).

Ca y est on rentre dans le vif du sujet : les 30 °C sous les platanes n’annoncent rien qui vaille, car malgré mon physique d’éthiopien, je suis aussi réceptif à la chaleur qu’un Inuit.
Objet du challenge : Julien part 15 minutes avant nous sur le 20 km et l’objectif est d’arriver avant lui (il faut dire qu’il est de plus en plus fort notre Zatopek local).

La course

Nous sommes 800 au départ sur quelques hectomètres et donc tous comprimés, heureusement nous n’attendons pas trop avant le coup de feu, mais la foule est très compacte et je prends un départ très moyen.

Je fais les deux premiers kilomètres en 10 minutes puis vient le premier coup de cul où le premier embouteillage pointe. Je m’efforce de me faufiler mais nous sommes trop nombreux ; le gros de la troupe s’éparpille petit à petit.

La montée est rude mais je la digère relativement sur un bon rythme sauf sur les 100 derniers mètres où je cale un peu. La chaleur m’écrase ; j’en profite pour admirer le paysage et penser à autre chose (la banquise ou une bonne bataille de boule de neige).

J’arrive en haut en 47 minutes et j’en profite pour bien m’hydrater au ravito mais, grosse erreur, je ne mange pas.

J’attaque donc la descente confiant sur un bon rythme, un peu trop d’ailleurs car 20 minutes plus tard « pffffff » gros coup de fringale et je n’avance plus du tout (il faut dire que j’ai autant de gras en réserve qu’un hareng séché) ; résultat 10 minutes de perdues.

L’arrivée au dernier ravito me fait un bien fou car la chaleur me liquéfie au fur et à mesure de la course. Un peu d’essence dans le moteur et me voilà reparti pour les 3 derniers kilomètres où je ne vois toujours pas arriver Juju.

Je finis donc en 1h33 (163°) sous les encouragements de ma petite femme et de ma fille.

Cette course me laisse 2 goûts : celui, agréable, d’être arrivé 2,3 minutes avant Julien mais je reste un peu amer car je me suis mal géré sur l’alimentation.

Promis, l’an prochain, je rentre dans les 100 premiers.

 

Le récit de Marc :
Pendant que mes collègues fonctionnaires de l’éducation nationale se préparaient un week-end à Espelette, je me lance sur le trail nocturne de Pontacq : 12km et 270D+.
Le parcours propose un mélange de route et de sentiers alternant montées sèches et descentes. Le départ est rapide sur le 1er km avant d’attaquer la première bosse. Je pars vite en espérant ne pas trop coincer par la suite. Les nombreux changements de rythme rendent le parcours très sympa et le temps passe vite.
Je finis ce trail en 1h ….. sans avoir utilisé la frontale (départ à 21h) content de cette participation.

Le récit de Marc :

Après un tour le matin au lac d’Ayous, détour en fin d’après-midi pour les 10km à Caubios-Loos, de quoi bien finir la journée.

Aucun objectif sur cette course si ce n’est de finir en moins d’1h. Le parcours parait légèrement vallonné (d+ 130) et alterne sentiers communaux et route sur 2 boucles (4.5km et 6km).

Départ vraiment tranquille dans les 5-10 dernières places (100 partants) pour voir l’état des jambes après la rando de ce matin. La première partie de la course se passe plutôt bien mais il paraît qu’il reste une côte assez raide ……. qui passera sans trop de difficulté.

Je finis ce 10km en 50’43 en augmentant régulièrement le rythme tout au long du parcours et m’a permis un bon décrassage !

Ce 10km est plutôt sympa : mi route mi sentier, on ne s’ennuie jamais car le parcours demande de nombreux changement de rythme et de changement de direction.

Le récit de Julien :

Direction les hautes Pyrénées pour cette épreuve originale l’Aneto Trail à Campan
En effet ce trail de 50 km peut se parcourir seul ou en relais par équipe de trois. C’est donc Mickaël qui entame le premier relais avec une grosse ascension passant par le lac de l’œuf sous le pic du midi de Bigorre. Il passe idéalement le relais à Cédric en 2ème position. Cédric accentue rapidement l’écart avec la troisième équipe puis une erreur de parcours due à un balisage plus que léger lui fait perdre quelques minutes. A nouveau sur la bonne trace il accélère et me passe le relais en 3ème position. Le début de mon relais est une longue montée sur une route goudronnée jusqu’au col de Bérouède, toujours personne en vue. Puis en commençant l’ascension du signal de Bassia j’aperçois trois coureurs: deux participants à l’épreuve individuelle et plus loin le relais qui nous précède. Je rejoins rapidement les deux individuels à qui je donne un peu d’eau (ils n’ont pas l’air au mieux dans ce passage très raide). Le parcours est très mal balisé dans ce passage et heureusement que je vois le coureur qui me précède pour suivre sa direction. Au sommet du signal de Bassia je suis à environ deux minutes, se succèdent alors sur les crêtes de nombreuses petites montées dans lesquelles je pense refaire mon retard. Au dernier ravitaillement à environ 7km de l’arrivée je fais presque la jonction mais je perds à nouveau du temps dans la descente très caillouteuse qui suit. A 4km de l’arrivée dans une petite remontée alors que j’ai rejoint Bruno Bareilles vainqueur de l’individuelle je ne peux plus suivre. Je fini près de deux minutes derrière l’équipe qui nous précède et nous terminons donc troisième . Un nouveau podium qui nous fait bien plaisir à tous les trois !!!
A noter aussi la très belle troisième place de Cyril sur le 50km individuel.

Le récit de Marc :

Premier trail dit « montagne » pour moi avec l’Ossaloise (25km et 1000m d+) entre Louvie-Juzon et Laruns. Cette course compte pour le challenge de l’Ossau.

Je ne connais pas très bien ce parcours mais vu le profil, ça monte, puis ça descend et un faux plat montant pour finir.

Je pars vraiment en dessous où je retrouve des copains de foot avec qui je discute jusqu’au pied de la montée où ensuite c’est « chacun pour soi ». J’arrive aux Abreuvoirs de Lourziou où je retrouve Bertrand et Julien qui finit la montée jusqu’à Coutchet. Le fait de discuter de tout et de rien avec Julien me fait oublier quelques douleurs et me permet de voir le sommet avec le moral encore à bloc. Ravitaillement rapide puis descente vers Aste qui est longue et vraiment pas technique. Je contrôle au mieux cette descente pour ne pas me cramer avant d’attaquer la dernière partie sur la route et en plein soleil.

Peu avant la fin de la descente, je retrouve Micka qui me suit en VTT jusqu’à l’arrivée. Sa présence et ses conseils me font du bien moralement. Je ne vais pas très vite mais essaye d’être le plus régulier (9 – 10km/h), ce qui me permet de rattraper des concurrents.

J’espérais moins de 3h ; je finis en 2h52 et à la 179ème place, donc content de moi et un grand merci à ma dream team Coach (Julien et Mickaël).

La Passeyade par Julien :

Je participe cette année à la nouvelle version du raid d’Asson en compagnie de Micka et Cédric Canton: 26km de vtt 6km de course à pied 7km de canoé 7 km de trail et 8 km de run and bike
La course débute par une VTT un peu délicate avec la grosse chute de Cédric dans la descente de la croix des hauteurs. Nous posons les vélos en 5ème place sans trop savoir où en sont les autres. Après une courte transition en course à pied, nous embarquons sur des canoé 3 places. Le début de la descente se passe plutôt bien mais dans un virage à mi parcours on chavire dans l’eau très fraiche. Micka à du mal rejoindre le bord  mais on arrive à le repêcher assez vite, il s’est fait une belle frayeur !! A la sortie du canoé rebaignade dans l’eau glacée histoire de faire apparaitre quelques crampes. La partie trail est plutôt à notre avantage puisque nous rejoignons rapidement une équipe en difficulté puis une seconde. Le run and bike nous permet ensuite d’accentuer l’écart avec nos poursuivants et nous terminons ce magnifique raid d’Asson très heureux à la troisième place. Nous garderons d’excellents souvenirs de ce raid et un grand merci à ceux qui nous ont encouragés et suivis tout au long du parcours.

La journée Coopération Sud Organisation (ONG qui œuvre pour le Mali)  à connu un grand succès, le but étant de récolter des fonds par le biais de sortie Vtt, cyclo et marche rando.
c’était donc pour nous l’occasion de remettre au président de CSO un chèque de 1500 €, la remise de ce don est la finalité de l’organisation du Nouste Trail c’était donc pour nous une très grande joie de remettre ce chèque.

Trail du Barétous par Marc :
On se retrouve en petit comité avec Julien, Bertrand, Jérôme, Mickaël, Cédric pour le 12km du trail du Barétous, un parcours que je commence à connaître !
Cette année, petits changements avec un départ commun avec ceux de la marche et 25km et un passage au cœur du village. Avec un souci d’attaquer la descente le plus frais possible, je prends un départ prudent et me retrouve vite avec un petit groupe où l’allure me convient parfaitement. J’arrive au ravitaillement vraiment bien, accélère un peu le rythme et me je me lance dans la descente après 1h03 de course. A partir de là je lâche les chevaux (avec en tête de faire moins d’1/4 d’heure en descente) et finis ce trail en 1h17 et 56ème.
Ce trail associe l’effort, la beauté des paysages et la bonne cause puisque les fonds sont reversés pour la recherche contre la SLA.

Trail du Barétous par Bertrand :
3 ème participation à ce superbe Trail, inscrit sur le 12 km je m’attends à trouver de la boue tout le long du parcours, vu la quantité de pluie qui est tombé la veille.
Arrivé sur place déjà une bonne nouvelle le soleil est présent et aucun nuage menaçant, petit échauffement et nous voilà sur la ligne de départ.
Sur ce trail le ton est donné d’entrée de jeu, c’est à dire que ça monte direct, je part donc très tranquillement, le terrain n’est pas trop boueux mais je cherche les bordures pour éviter une chute éventuelle. Nous arrivons au bourbier ou la boue et au rendez-vous, plusieurs concurrents sont pratiquement à l’arrêt pour le traverser, j’en profite pour passer devant en m’accrochant aux troncs ou aux branches d’arbres pour ne pas finir au bain de boue, je réussis à passer devant 5 concurrents, S’en suis une très grosse montée bien glissante qui est impossible de monter en courant, arrivé sur une zone herbeuse je continue en marche rapide et j’arrive à ne pas me faire dépasser. Enfin le ravitaillement, derrière il reste une petite bosse jusqu’à l’antenne puis c’est la descente. Quand je me retrouve sur la route je sais que l’arrivée n’est pas loin, et je sens que j’ai mon compte.
Je termine en 1:32:40 assez satisfait de moi avec 5 minutes de moins que l’année passée et des conditions plus difficile.

Trail du Barétous par Julien :
Nous avons un peu de chance ce dimanche matin avec un temps plutôt clément. La veille il a beaucoup plu et le parcours est par endroit très boueux. Je m’accroche à un groupe d’une trentaine de coureurs qui semble se détacher dès la montée du calvaire. Les sensations sont pas top mais j’essaie de rester au contact. Au ravito du km 7 les parcours se séparent, je suis 12ème. Je reprend assez rapidement deux coureurs que je dépasse dès le début de la descente très rapide vers Arette. Je termine 10ème en 1h01min30 soit 4min de mieux que l’an passé !

Trail du Barétous par Jérôme :
Départ pour le troisième trail de ma carrière !!
Grosse appréhension : le temps mais ce matin superbe soleil, on va pouvoir bien s’amuser
J’ai un petit peu peur de ce trail vu le parcours, de superbes descentes mais aussi de terribles montées !
Au départ, je me cale dans les pas de Bertrand, le rythme est tranquille jusqu’au calvaire mais là au premier virage gros bouchon !
Le terrain devient très glissant, je reste avec Bertrand les 2/3 mais sur le dernier coup de cul je le lâche sans faire exprès. Dans la descente qui suit, je m’éclate et double certains concurrents qui sont morts de trouille ! Montée suivante je gère et dans la descente qui suit dans une prairie avec une superbe vue, je redouble quelques concurrents. On arrive enfin dans le fond du vallon dont Bertrand m’avait parlé ; il n’avait pas tord. Un vrai bourbier ; un passage dans la rivière plutôt que sur les palettes ou certains doivent encore hésiter !!
Après ce passage bien marrant, le plus dur. Le premier mur est terrible, glissant et défoncé par les concurrents précédents. Pour pouvoir avancer à mon rythme sans gêner certains plus à l’aise que moi dans ce passage je me colle dans les fougères.
En levant la tête j’aperçois les premiers qui sont déjà tout en haut, sur la crête. La, gros coup au moral mais je m’accroche et je reste dans un groupe jusqu’au ravitaillement. Ils décident de faire une pose.
Je repars sans eux, tranquillement pour le dernier coup de cul. EN haut de la crête, j’aperçois Arette, plus que de la descente, je sens le bon bout. Superbe descente, où je redouble un bon nombre de concurrents qui m’avaient doublé dans la montée. Je suis à fond et sûrement pas trop lucide. Résultat dans un virage à 90° je finis par terre dans une superbe glissade digne d’un patineur !!! bilan pas de bobo mais on dirait un cochon sortant de son auge !
Je finis sur un bon rythme en 1.24 à la 86eme place. Surtout je prends moins de 25mn par juju donc fier !!!

Epouvantrail par julien:
Toujours autant de plaisir sur ce superbe parcours vallonné avec Marc, Bertrand et Jérôme. La pluie nous épargne juste le temps de la course même si le terrain est assez glissant. Je réussi à remonter jusqu’à la 7ème place en 1h05min35.Une première place dans les 10 premiers cette année qui fait bien plaisir.

Epouvantrail par Bertrand :

Troisième participation à cet excellent Trail, mais cette année la météo n’était pas au rendez-vous, la pluie tombe depuis plusieurs jours et on s’attend à des conditions très boueuses. Nous nous retrouvons donc Marc, Julien, Jérôme et moi-même pour un petit échauffement accompagné par Maxime Cazajous (que je verrais bien entendus qu’a l’échauffement ).

Le départ est donné et comme d’habitude ça part très vite, mais j’ai pris l’habitude de laisser partir pour trouver mon rythme tranquillement, je me surprends à courir dans des montés ou d’habitude je marchais, le terrain n’est pas aussi glissant que je le redoutai et je profite de la prudence de certain pour dépasser des concurrents dans les descentes. Je me sens très bien, je n’ai mal nul par et merci la météo car la pluie à cesser dès le départ. Les dernières montées commencent à faire mal aux jambes mais j’arrive quand même à doubler des Traileurs avec une marche rapide, dernière côte et me voici sur la route à 300 mètres de l’arrivée, plus question de marcher il faut arriver digne 🙂

Je termine en 1h39min22 je voulais faire une 1h35, mais je suis très content malgré tout. Rendez-vous pour Barétous.

Epouvantrail par Marc :

Après la page du Nouste Trail, nous reprenons les chemins des Trails avec celui de l’Epouvantrail à Sauvagnon. Au programme 15km et environ 280 D+.

Le départ donné, la course ne part pas vite, sans doute dû fait de la manière du départ donné un peu de manière surprenante. Les premiers mètres permettent à chacun de trouver sa place et son rythme.

Dès les premiers kilomètres, je me trouve un rythme où je me sens à l’aise avec une sensation de « dérouler ». Je passe les montées en courant, bien sûr pas très vite, et j’arrive à relancer sur le plat et en descente (où je m’éclate à doubler des gens plus prudent que moi !!). A mi-parcours, je prends un petit coup de fatigue mais arrive tout de même à rester au contact des concurrents devant moi.

Arrive la dernière longue montée, un long faux plat montant, qui est bien casse patte, puis deux montées sèches qui nous amènent à l’arrivée.

Alors que j’espérais être aux alentours d’1h15, Je finis en 1h21min15 et 48ème. Ce Trail est vraiment sympa où le parcours fait que l’on ne s’ennuie jamais : montée, descente, single, passage sur pont, ….

Epouvantrail par Jérôme :
2ème trail de la saison et de ma carrière ;
objectif double : Ne pas exploser comme à Bordères et faire mieux niveau temps
J’avais tablé 1h25 pour 14km mais les organisateurs annoncent 15km : nouvel objectif moins de 1h30
Mais 2 gros handicaps :
– j’ai entrainé mes voisins laurence et hervé dans ce trail donc je ne me vois pas les laisser tomber rapidement s’ils ne suivent pas
– la boueeeeee !!!! Une belle glaise bien glissante et un terrain défoncé par les premiers concurrents !

Départ tranquille avec mes voisins, la première côte passe sans soucis mais dès la première descente je vois qu’ils ne suivent pas (pas l’habitude et tennis pas adaptés), je reste avec eux malgré tout jusqu’au 6ème km. Sur le plat et dans les parties légèrement montante ça va mais dès que ça grimpe ou descend, je dois les attendre. On rattrape bertrand dans un passage un peu technique et on le dépasse, il s’accroche un peu mais on est un peu trop rapide et lache prise. La montée d’après, Laurence en a marre de me voir me retourner, elle me dit de me casser.
Je pars seul dans la descente suivante et je m’accroche à un petit groupe mené par un papy qui faisait de la résistance. Bon rythme, je me sens super bien.
Première descente avec le groupe qui s’annonce ! Premier virage, le mec devant moi se déchire complétement et se prend une jolie gamelle. Derrière j’entends crier et un autre s’est tollé. Pas question de rester avec ces estros dans le reste de la descente qui à l’air assez technique. Papy a du se dire la même chose et il a laché les chevaux ! Je m’accroche et on se finit la descente et les petites bosses qui suivent tranquille. Petit virage à droite et la on se retrouve au chassé croisé ; je vois un mec débouler en face à 200 ; c’est maxime Cazajous. Aie que ça fait mal !! se dire qu’à la moitié du parcours on a déjà 3 bons km dans les dents ! Le reste est très amusant, Papy explose et j’arrive à accrocher un groupe de 5/6 coureurs. Sur la partie goudronnée ça fait du bien de se cacher. Nouvelle descente, le groupe explose. Encore des quiches en descente et encore une belle gamelle devant moi. J’accélère et part seul.
On passe le long de la rivière le parcours devient presque impraticable par endroit : je pense à bertrand qui est derrière, ça va être vraiment la merde pour lui.
Je rattrape 2 autres coureurs. Je ne me sens plus trop bien, je m’accroche à eux, mais dès que c’est plat je prends un tir et dès que ça monte ou ça descend je reviens sur eux. A 4 km de l’arrivée, un des 2 accélère, je ne peux pas suivre. Tant pis ! Au virage d’après qui je vois dans le fossé ? mon ancien collègue qui s’est loupé !! On l’aide à sortir, il n’a pas l’air au mieux mais il repart et s’accroche à nous. Montée suivante, j’explose rapidement, j’ai les jambes qui tirent ! Merde, il reste 3km, je sens le coup de Bordères revenir !
Je me retrouve seul ! Dans la descente je vois les 2 devant en point de mire, je m’accroche. La montée suivante, je marche mais je suis mieux ; un des 2 a explosé, je le rejoins, il s’accroche et je le tire pendant 1 bon km. Avant dernière bosse, il est mieux, j’essaye de m’accrocher mais je me remets dans le rouge. Dans la descente, je le rattrape et on se relaye.
Croisement, le bénévole nous annonce dernière descente et dernière montée, mon partenaire est mieux, je m’accroche mais il me lâche mètre après mètre. Ca y est le bitume, dernier virage, dernière petite côte, il est 10m devant moi. Il m’attend, on finit ensemble, trop cool de sa part et en plus à l’arrivée j’ai le plaisir de finir avec Salomé et Jules qui sont venus encourager papa !!
Bilan du trail : parcours super agréable par contre terrain trop boueux pour mon gros cul
91ème en 1h30’23 pas trop mal vu le terrain mais peut mieux faire !
Prochain objectif : le trail du Baretous ; mais c’est une autre histoire.